L’ancienne nageuse Roxana Maracineanu nommée au ministère des Sports

L’ancienne nageuse succède à Laura Flessel, démissionnaire, à la tête du ministère des Sports. Après la démission de Laura Flessel ce mardi, Roxana Maracineanu a été désignée pour la remplacer au ministère More »

L’ancien président de la Roumanie Ion Iliescu poursuivi pour crimes contre l’humanité

Ces poursuites visent des mesures volontaires de « diversion » prises après la chute du dictateur Nicolae Ceausescu après la révolution roumaine de 1989. L’ex-président de la Roumanie Ion Iliescu est poursuivi pour « crimes More »

Radio France Internationale (RFI) a desemnat-o pe sefa DNA, Laura Codruta Kovesi, personalitatea europeana a saptamanii.

„Laura Kovesi ramane una dintre cele mai populare personalitati din Romania”, se mentioneaza pe site-ul RFI. Européen de la semaine Roumanie: Laura Kövesi, chef de la Direction nationale anticorruption. L’Européenne de la More »

Le chef des socialistes roumains accusé d’avoir détourné des fonds européens

Selon une enquête de l’Office européen de lutte antifraude, Liviu Dragnea aurait détourné 21 millions d’euros destinés à des projets d’infrastructures. Ses proches l’appellent « Daddy », surnom qu’il apprécie car il joue souvent au More »

Institut Culturel Roumain de Paris | l’Association des Amis de Panait Istrati

L’Institut Culturel de Paris vous invite vendredi, 10 novembre à la Journée d’étude et de rencontre avec des spécialistes renommés, proposée par l’Association des Amis de Panait Istrati et parrainée par Dominique More »

Mai poate fi Franta partenerul strategic al Romaniei?

  Președintele Republicii Franceze vine într-o (foarte) scurtă vizită în România, ca parte a primului său turneu european, în care dorește să pozeze în lumina cuvenită liderului unei Mari Puteri, planificându-i și înșiruindu-i More »

în Franta, Le Monde, L’Express, Le Figaro, France 24, TOATA PRESA NENE, TOATA „milliers de manifestants ont formé dans la capitale roumaine un drapeau géant”. ✊ Grindeanu & Dragnea, va te faire foutre ! ?

Roumanie : la foule forme un drapeau géant pour réclamer la démission du gouvernement Près de 50 000 personnes ont manifesté dimanche à Bucarest, utilisant leur téléphone portable pour composer une bande bleue, une More »

Roumanie : jour décisif pour la démocratie à Bucarest. ? GRINDEANU, CASSE-TOI !

Tous les soirs, une partie de la population de Bucarest se réunit devant le siège du gouvernement. Depuis une dizaine de jours, la population est dans la rue pour dénoncer une classe More »

Le Monde : Une mobilisation anticorruption sans précédent en Roumanie « DNA, DNA, elle va venir vous attraper ! »

L’activisme du parquet chargé de la lutte contre la corruption a créé des attentes énormes, dont les manifestations monstres des derniers jours sont la traduction. La Roumanie est l’un des rares pays More »

Fara comentarii de data asta ! Le Figaro. Roumanie: l’UE s’inquiète face à une «régression» sur la corruption

La Commission européenne a exprimé aujourd’hui sa „grande préoccupation” face à l’allègement du code pénal en Roumanie pour des délits de corruption touchant la classe politique, mettant en garde contre toute „régression” More »

Wizz Air introduce zboruri de la Craiova către Paris şi Veneţia

Wizz Air va creşte flota de aeronave din România la 20, până la sfârşitul anului 2016, între acestea urmând să se afle şi patru aeronave Airbus 321 cu câte 230 de locuri, More »

Doi barbati inarmati cu cutite ce au luat cinci ostatici intr-o biserica din Franta, ucisi in asaltul politiei / Preotul ar fi murit dupa ce i s-a taiat gatul / Unul dintre atacatori avea pe cap un acopermant musulman – presa

Doi barbati inarmati cu cutite au luat marti ostatici mai multi oameni intr-o biserica din regiunea franceza Normandia, a declarat Reuters o sursa din politie. UPDATE 12.47 Preotului luat ostatic i s-a More »

MAE: Doi români răniți în atentatul de la Nisa

Doi cetățeni români au fost răniți în atentatul de la Nisa, până la acest moment nefiind identificați români printre decedați, informează Ministerul Afacerilor Externe (MAE). MAE informează că echipa de la Consulatul More »

Ambasada României în Franța: Astazi în fața Primăriei din Paris sărbătorim împreună Ziua Universală a Iei Românești

De „Sânziene” – 24 iunie, veniți de la ora 18:00 în Agora din fața Primăriei Paris pentru a sărbători împreună Ziua Universală a Iei Românești. Program: • concertul „De la Edith Piaf More »

Ambasada României în Franța : Sesiune despre Protecția socială din România

Pentru a răspunde invitației adresate de IHEPS – Institutul pentru Înalte Studii de Protecție Socială, atașatul pentru probleme de muncă și afaceri sociale din cadrul Ambasadei României la Paris a fost invitatul More »

Le Parisien : Politistii francezi si cei români îsi unesc fortele la Paris pentru comabterea delicventei transeuropene. Les polices françaises et roumaines unies contre la délinquance

Le 2 février, la brigade de répression du proxénétisme investissait un campement Rom à Saint-Denis. La semaine suivante, une nouvelle descente de police s’y déroulait, cette fois pour une affaire de pickpockets. More »

Drapel in berna la ambasada Frantei. Bucurestenii aduc flori si aprind candele

Drapelul a fost coborat in berna sambata la Ambasada Republicii Franceze de la Bucuresti, romanii declarandu-se solidari cu poporul francez, informeaza Agerpres. Bucurestenii au inceput sa aduca flori si sa aprinda candele More »

La Roumanie sombre de nouveau dans le chaos

Le gouvernement de Victor Ponta a démissionné ce mercredi, quelques jours après l’incendie de la discothèque de Bucarest qui a fait 32 morts le 30 octobre et provoqué une grande émotion dans More »

«Ils sont filous ces Roumains!» : quand la Gendarmerie parodie Astérix

O filiala a Jandarmeriei franceze a parodiat retinerea a doi romani printr-un fotomontaj inspirat din seria de benzi desenate „Asterix”, cu mesajul „Sunt niste gainari romanii astia”. À la suite de l’interpellation More »

 

L’ancienne nageuse Roxana Maracineanu nommée au ministère des Sports

L’ancienne nageuse succède à Laura Flessel, démissionnaire, à la tête du ministère des Sports. Après la démission de Laura Flessel ce mardi, Roxana Maracineanu a été désignée pour la remplacer au ministère des Sports. Ancienne nageuse, Maracineanu (43 ans), née en Roumanie, avait notamment remporté la médaille d’argent du 200 m dos aux Jeux olympiques de Sydney en 2000. Auparavant, elle était devenue la première française championne du monde de natation en remportant le 200 mètres dos des championnats du monde de 1998 de Perth. Elle avait également décroché le titre européen à l’occasion des championnats d’Europe en 1999.

«Lorsqu’on a fait de moi un symbole d’intégration, je me suis braquée»

Roxana Maracineanu

«J’avais commencé à nager à 7 ans à Bucarest. À 12 ans, j’ai plongé à fond dedans à Mulhouse. Mon club avait la chaleur d’une famille élargie, à la roumaine, avait-elle raconté dans les colonnes de Ouest France. Avec ma facilité à apprendre le français et mon parcours scolaire réussi, j’étais convaincue que l’exil m’avait donné quelque chose en plus. Une force intérieure qui s’est exprimée aussi dans la natation. Les bons bulletins et le sport, ça accentuait nos chances d’être naturalisés, comme on me le répétait… À 22 ans, je deviens championne du monde à la surprise générale et ça a été quelque chose d’énorme. Cette Marseillaise-là représentait tellement pour mon sport. On dit que j’ai ouvert la voie à Manaudou et Bernard. Mais lorsqu’on a fait de moi un symbole d’intégration, je me suis braquée. Ma victoire, c’était pour moi, pour les miens, pas pour devenir une meilleure Française. J’étais une fille de réfugiés. On ne m’avait rien facilité. Je trouvais un peu fort que les hommes politiques récupèrent ça.»

Roxana Maracineanu ( Natation )

«L’homme malade de l’Europe, ce n’est pas la Pologne ou la Hongrie, mais la Roumanie / Bolnavul Europei nu este Polonia sau Ungaria, ci România»

TRIBUNE – Intellectuel roumain et ancien dissident, francophone et francophile, l’universitaire Alexandre Calinescu alerte l’opinion de notre pays sur la gravité de la situation en Roumanie.

Nulle part dans l’Union européenne, ni en Pologne, ni en Hongrie, les attaques contre la justice ne sont aussi violentes, les atteintes aux libertés aussi nombreuses et graves et les politiques au pouvoir aussi corrompus qu’en Roumanie. Ce qui se passe à Bucarest est bien plus grave que ce qui focalise l’attention des médias européensà Varsovie ou à Budapest.

Le soir du 10 août 2018, les Roumains ont cru vivre un cauchemar. Ils étaient 110.000 manifestants à Bucarest ce jour-là. Or, ce qu’on voyait sur les écrans de télévision ressemblait étrangement aux exactions commises par les mineurs voilà vingt-huit ans, en juin 1990, lorsque les «gueules noires» – à l’instigation du président d’alors, Iliescu, et de ses acolytes – sont venus à Bucarest molester et disperser les manifestants alors rassemblés place de l’Université et saccager les sièges des partis d’opposition, qui n’existaient que depuis quelques mois. Sauf que cette fois-ci le rôle des mineurs a été joué …

www.lefigaro.fr


Puternic articol-manifest publicat în „Le Figaro“ de profesorul român Alexandru Călinescu: „Bolnavul Europei nu este Polonia sau Ungaria, ci România“

„Nicăieri în Uniunea Europeană, nici în Polonia şi nici în Ungaria, atacurile împotriva justiţiei nu sunt atât de violente, abuzurile asupra libertăţilor nu sunt atât de numeroase şi de grave, iar politicienii aflaţi la putere atât de corupţi ca în România“, scrie Alexandru Călinescu în „Le Figaro“. Profesorul ieşean spune că ceea ce-au trăit românii în seara zilei de 10 august a fost un coşmar. „Erau 110.000 de manifestanţi la Bucureşti. Ceea ce s-a văzut pe ecranele televizoarelor seamănă cu atrocităţile comise de mineri în urmă cu 28 de ani, în iunie 1990, când «gulerele negre» – instigate de preşedintele de atunci, Iliescu, şi acoliţii săi – veniseră la Bucureşti să brutalizeze şi să disperseze manifestanţii adunaţi la Universitate şi să distrugă sediile partidelor de Opoziţie“, mai scrie Călinescu.

L’ancien président de la Roumanie Ion Iliescu poursuivi pour crimes contre l’humanité

Ces poursuites visent des mesures volontaires de « diversion » prises après la chute du dictateur Nicolae Ceausescu après la révolution roumaine de 1989.

L’ex-président de la Roumanie Ion Iliescu est poursuivi pour « crimes contre l’humanité » dans le dossier fleuve sur les journées sanglantes ayant suivi le soulèvement de décembre 1989, a annoncé le parquet de la Haute Cour de cassation à Bucarest mardi 17 avril.

Ces poursuites visent des mesures volontaires de « diversion » prises après la chute du dictateur Nicolae Ceausescu et de sa femme, Elena, sommairement jugés puis exécutés le 25 décembre 1989. Ion Iliescu « a accepté et entériné des mesures à caractère militaire, dont certaines ont eu un caractère évident de diversion », selon un communiqué des procureurs.

Selon les enquêteurs, ces mesures, s’ajoutant à l’époque à « la psychose terroriste qui avait atteint un paroxysme parmi les militaires et des civils armés », ont notamment conduit à de nombreuses situations de « feu fratricide ».

Ion Iliescu (C), former Romanian President leaves the court after he was interrogated by prosecutors in Bucharest on October 21, 2015. A Romanian court has launched a probe into former president Ion Iliescu for alleged crimes against humanity over the violent suppression of protests in 1990, months after the fall of the Communist regime, prosecutors said Wednesday. AFP PHOTO / GRIGORE POPESCU

Radio France Internationale (RFI) a desemnat-o pe sefa DNA, Laura Codruta Kovesi, personalitatea europeana a saptamanii.

„Laura Kovesi ramane una dintre cele mai populare personalitati din Romania”, se mentioneaza pe site-ul RFI.

Européen de la semaine Roumanie: Laura Kövesi, chef de la Direction nationale anticorruption.

L’Européenne de la semaine est Laura Kövesi, la patrone de la DNA, le parquet anti-corruption roumain. Le ministre de la Justice de son pays, Tudorel Toader, a lancé à son encontre, il y a 10 jours, une « procédure de révocation ». Le Conseil supérieur de la magistrature a voté son soutien à la magistrate mardi. Laura Kövesi reste l’une des personnalités les plus populaires de Roumanie.

Le gouvernement roumain veut démettre une magistrate anticorruption emblématique

Les Roumains sont de retour dans la rue. Jeudi 22 février au soir, quelques milliers d’entre eux sont spontanément sortis manifester dans plusieurs villes du pays pour soutenir leur procureure anticorruption, menacée de destitution par le ministre de la justice social-démocrate, Tudorel Toader. Au cours d’une interminable et surréaliste conférence de presse diffusée en direct à la télévision, celui-ci a lu un long rapport de 36 pages sur Laura Codruta Kövesi, la magistrate à la tête du parquet national anticorruption (DNA). A 44 ans, cette célébrité locale reconnue pour sa pugnacité dans la lutte contre les dérives des élites politiques locales a été accablée de reproches.

« La chef du parquet national anticorruption n’a pas respecté la Constitution », a notamment fustigé le ministre en listant 20 points, allant du « comportement autoritaire » de la procureure à ses interviews données dans les médias étrangers, au cours desquelles elle aurait « nui à l’image » du pays. Face à des journalistes lui demandant des détails, le ministre leur a suggéré de « fermer les yeux et d’imaginer la situation suivante » : « Vous êtes condamnés pour une injustice que vous n’avez jamais commise. Vous vous retrouvez en prison et vous ne pouvez rien faire. Nous en sommes là en Roumanie. » Et de continuer, visiblement irrité : « Le simple fait de me poser encore des questions montre que vous êtes indifférents à la souffrance de quelqu’un qui est condamné sans raison. »

Depuis son arrivée au pouvoir, en janvier 2017, le Parti social-démocrate (PSD) multiplie les offensives contre la justice. Cette année-là, des ordonnances prévoyant un affaiblissement de la lutte anticorruption avaient déjà déclenché un mouvement de protestation historique qui avait fini par obliger le gouvernement d’alors à reculer. Mais le chef du PSD, Liviu Dragnea, lui-même condamné pour fraude électorale et poursuivi dans deux affaires de corruption,…

Le chef des socialistes roumains accusé d’avoir détourné des fonds européens

Selon une enquête de l’Office européen de lutte antifraude, Liviu Dragnea aurait détourné 21 millions d’euros destinés à des projets d’infrastructures.

Ses proches l’appellent « Daddy », surnom qu’il apprécie car il joue souvent au père protecteur avec ses collègues. Mais Liviu Dragnea, le chef du parti au pouvoir en Roumanie, le Parti social-démocrate (PSD), a aujourd’hui besoin d’être protégé. Lundi 13 novembre, il a été convoqué au siège du parquet national anticorruption (DNA) car il fait l’objet d’une enquête pénale.

Il est accusé d’avoir détourné 21 millions d’euros de fonds européens destinés à des projets d’infrastructures. Huit autres personnes sont visées par cette enquête qui secoue l’échiquier politique, qui vise aussi la société Tel Drum, qu’il est suspecté de diriger dans l’ombre. Abus de pouvoir, détournement de fonds européens, emplois fictifs, faux et usage de faux sont les principales accusations à l’encontre de l’homme fort de Bucarest. Cette annonce tombe en plein milieu d’un regain de mobilisation de la société civile contre de nouveaux projets d’affaiblissement de la lutte anticorruption menés par le gouvernement, contrôlé en coulisses par M. Dragnea…

Condamné pour fraude électorale

Mais cette fois, l’enquête pénale ne trouve pas son origine en Roumanie mais dans les bureaux de l’Office européen de lutte antifraude (OLAF) de Bruxelles, chargé de contrôler les fonds européens dans les pays membres de l’Union européenne. « L’action du parquet national anticorruption est le résultat de deux investigations menées par l’OLAF sur des projets financés par le Fonds européen de développement régional pour la construction de routes en Roumanie. Ces investigations se sont achevées en mai et en septembre 2016 », explique l’OLAF dans un communiqué publié après l’audition de M. Dragnea.

Saisis par l’organisme de contrôle européen, les procureurs roumains ont entamé leur propre enquête. « Depuis 2001, le suspect Liviu Dragnea a mis en place un groupe criminel dont le but a été de détourner les fonds publics et européens au moyen de l’évasion fiscale, du blanchiment d’argent et d’abus de pouvoir », affirme le communiqué du DNA.

Le compte à rebours semble avoir commencé pour l’homme qui rêvait d’être premier ministre et candidat à l’élection présidentielle de 2019. Dans les coulisses du parti, nombre de sociaux-démocrates parlent de sa démission car les aventures pénales de « Daddy » risquent d’affecter irrémédiablement l’image du parti. M. Dragnea a déjà été condamné en avril 2016 à deux ans de prison avec sursis pour fraude électorale. Il est actuellement en procès pour un détournement de fonds publics.

Inquam Photos/Octav Ganea

%d blogeri au apreciat: